D’un Big Brother l’autre

J’ai visité ce week-end une capitale européenne qui fut la première à secouer le joug du socialisme irréel, après avoir défié les Mongols, les turcs et les Habsbourg, et où les indigènes parlent une langue qui n’arrivera jamais jusqu’aux oreilles de Mark Zuckerberg.

J’ai appris quelques jours avant de partir, au détour d’une conversation papillonnant au faîte des tendances, que « c’est bien aussi dès fois de faire un City Trip ».

J’ai revu dans cette capitale, plusieurs fois visitée, toutes les splendeurs d’un peuple qui se respecte et j’y ai retrouvé l’allure droite de ses habitants qui ne jettent aucun papier dans les rues. J’ai pu vérifier que « l’amour passionné qu’ils éprouvent pour leur patrie leur a permis, bien que pris dans un étau entre les Allemands et les Slaves, bien qu’isolés par cette « muraille de Chine » que constitue leur langue, de subsister et de triompher de toutes les catastrophes ».

[Paul Lendvai, Les Hongrois, mille ans d’Histoire, Lausane : Les Éditions Noir sur Blanc, 2006.]

Je me suis demandé comment ils triompheraient de celle qui vient. Celle du City Trip et de son bras armé : tripadvisor, dont j’ai eu l’heur d’incarner semble-t-il la figure prototypique, appareil photo en bandoulière et petite famille modèle à ma suite. Ici l’on m’a offert le thé, parce que mon biryani d’agneau avait quelques minutes de retard ; là on ne m’a pas compté la bouteille de still water qui corrigeait une erreur de commande de ma part ; là encore on a oublié de mettre sur ma note des espressos qui venaient derrière une bonne bouteille de Transdanubie du Sud…

J’ai voulu voir un instant dans ces débordements de gentillesse la mémoire persistante de l’avertissement, à ce peuple adressé par Saint Etienne (1030): « C’est pourquoi je te recommande, mon fils, d’aller à la rencontre des ces étrangers et de les traiter convenablement, afin qu’ils préfèrent demeurer avec toi plutôt qu’ailleurs, car si tu détruis ce que j’ai bâti et disperses ce que j’ai amassé, ton Empire subira des préjudices considérables. » [Paul Lendvai, Ibid.]

J’ai compris malheureusement, en retournant les cartes de visite de ces hôtes, ce que leurs plaisantes attentions valaient : « If you had a great time here, please share your feeling on tripadvisor (Like) or Chek in to this business on facebook and get a special deal ».

Voulant préserver l’Empire de ces préjudices considérables annoncés par Saint Etienne, je me suis renseigné sur tripadvisor pour savoir ce que l’on attendait de moi. Je n’ai finalement pas trouvé de better commentaries to add than ceux de John T : « Le personnel était très aimable et poli, la nourriture était très agréable et la sélection du menu était très bon. On nous a fait sentir à l’aise avec la différence de langue, et ils étaient très accommodants. La nourriture était très bon marché et très savoureux ! Je recommande vivement. »

J’ai songé très brièvement qu’un peuple qui en a connu d’autres saura se défaire tôt ou tard de ce nouveau Big Brother qui recrute ses meilleurs agents parmi les touristes. Puis je me suis dit que, disséminé dans la foule, ce Big Brother là sera sans doute plus difficile à combattre que le précédent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s