La tête dans le sable

J’ai lu dans un journal du soir paraissant en début d’après-midi, et daté du lendemain, les propos d’un scientifique (un géologue) qui voulait souligner le côté paradoxal de la pénurie de sable annoncée pour bientôt au niveau mondial – les besoins de l’industrie et de la construction paraissant sans limite. Cherchant un point d’appui rhétorique dans quelque figure de style poétique, il s’émerveillait qu’ « à l’échelle planétaire, le sable semble inépuisable car il est estimé à 120 millions de milliards de tonnes. Le nombre de grains de sable sur la planète serait ainsi équivalent au nombre d’étoiles dans l’Univers ! »

J’ai pensé qu’avant que la terre entière devienne une ressource, il avait du exister des savants dont les rêveries commençaient la tête dans les étoiles, avant que de se mettre la tête dans le sable, des savants qui ont du s’émerveiller que « le nombre d’étoiles dans l’Univers serait ainsi équivalent au nombre de grains de sable sur la planète »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s