Une pensée savante en quatre minutes chrono

Ce matin j’ai accordé (le terme me plait) une interview à une journaliste qui voulait savoir – le voulait-elle vraiment ? – ce que je pense de la Loi El Khomri en particulier et de l’effet des rigidités du marché du travail sur l’emploi en général. Une interview de 4 minutes, pour la radio, au téléphone, dans les conditions du direct : plic ! plouc ! c’est dans la boîte… juste ce qu’il lui fallait.

Je me suis inquiété un instant de savoir si durant ces quatre minutes j’avais eu le talent, l’agilité, le génie (pourquoi pas ?) de déployer une pensée intelligente, quelque peu instruite, dans une démarché qualifiante, secourable envers ceux « qui n’y comprennent pas grand-chose à l’économie », attrayante aux oreilles des « moi c’est pas mon truc ! ». C’est que je ne suis pas Jacques Attali, ni Alain Minc, ni Nicolas Baverez, et n’ai point l’habitude de faire rentrer ma pensée dans ce format.

J’en avais presque oublié, tant l’exercice était conduit de manière professionnelle par mon interlocutrice, qu’il s’agissait seulement d’une épreuve d’examen à laquelle se soumettait une élève convoitant le diplôme d’une école de journalisme réputée… former sa profession.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s